Comment choisir son processeur ?

Un guide d'achat processeur pour comprendre et faire le bon choix




choisir die processeur L'offre en processeurs est actuellement très variée pour ne pas dire trop ! En effet, entre la valse des processeurs eux-mêmes et celle des supports, le temps où une configuration pouvait bénéficier d'une mise à jour du CPU semble bien révolu. Ainsi, la carrière commerciale de certains supports comme le LGA 1156 destiné à démocratiser une des dernières architectures d'Intel n'a guère duré guère plus d'un an... Acheter un processeur va donc plus que jamais de paire avec l'acquisition d'une nouvelle carte mère.

Carte mère et processeur : duo inséparable



choisir processeur et carte mère Même si au fil des années les processeurs embarquent de plus en plus de fonctionnalités anciennement prises en charge par des composants de la carte mère, chaque génération de processeurs va pour ainsi dire de paire avec une génération de carte mère. S'il y a bien entendu des impératifs techniques qui nécessitent l'usage d'un nouveau support, il existe également une volonté délibérée (surtout de la part d'Intel) à « encourager » le changement de carte mère. Aujourd'hui, AMD et Intel ont chacun deux supports différents...

Dans l'offre d'Intel, un est destiné au très haut de gamme et le second au reste de l'offre. Le fondeur propose ainsi ses processeurs les plus puissants en « LGA 2011 » tandis que le reste de la gamme exploite le support « LGA 1155 ». La génération précédente faisait respectivement appel aux supports « LGA 1366 » et « LGA 1156 ».
AMD a longtemps permis une évolution la plus douce possible avec ses supports AM2, AM2+, AM3 et AM3+. Ce dernier est d’ailleurs toujours d’actualité pour la majorité de la gamme y compris les derniers « FX » porte-étendard de la marque. Les APU, qui intègrent une Radeon, font bande à part et exploitent le nouveau support FM1.

L’USB 3.0 et le SATA 6 Gbps sont à présent généralisés sur les cartes mères, ces fonctionnalités sont prises en charge par la puce (anciennement le jeu de composants) qui accompagne le processeur. Le contrôleur PCI-Express est par contre intégré au processeur. Actuellement, seuls les Core i7 « LGA 2011 » embarquent un contrôleur PCI-Express 3.0 et donc seules les cartes mères destinées à ces processeurs supportent cette nouvelle interface. Heureusement, la compatibilité est préservée dans les deux sens : carte graphique PCI-Express 3.0 sur support PCI-Express 2.0 et inversement.

Ceux qui veulent dès maintenant une configuration avec prise en charge du PCI-Express 3.0 n’ont d’autre alternative que d’opter pour un Core i7 « LGA 2011 » (en attendant les nouveaux Ivy Bridge)…

Les points clés d’un processeur



Le nombre de cores
La fréquence n’est plus l’élément qui reflète toute la puissance d’un processeur. Depuis maintenant de nombreuses années, les processeurs de type Dual Core sont très courants. Ils peuvent réaliser deux tâches conséquentes en même temps ou une tâche lourde tout en préservant la « réactivité » du système. En outre, les systèmes d’exploitation récents sont loin de ne faire qu’une seule chose à la fois même pour leur propre maintenance : analyse antivirale, affichage de nombreux « gadgets » (météo, flux RSS, monitoring du système, etc.), vérification et installation de mises à jour, etc. En outre, des applications comme un client mail, un « twitter », un navigateur avec une session font partie des tâches classiques... Les processeurs Dual Core sont donc parfaitement adaptés aux usages actuels de base.
Les processeurs Quad Core offrent une puissance encore plus importante qui est exploitée par de plus en plus de logiciels « lourds » ainsi que par un nombre grandissant de jeux vidéo. Les programmes d’édition vidéo, de traitement/composition audio, de retouche photos professionnel, de transcodage vidéo (conversion de formats), de (dé)compression de fichiers, de chiffrement et de rendu 3D exploitent souvent pleinement ce type de processeurs.
Intel ne s’est pas arrêté en si bon chemin et propose même des processeurs Hexa Core ! Cette énorme puissance de calcul booste encore les applications qui tirent déjà parti des processeurs à quatre cœurs…
AMD « enfonce le clou » avec ses processeurs FX à huit cores (comme le FX-8150, un Octo Core à 3,6 GHz). Toutefois, ces cores ne sont pas directement comparables à ceux des derniers processeurs Intel. En effet, les architectures des deux fondeurs sont devenues trop différentes pour être opposables au « core à core »… De plus, il faut tenir compte de la technologie HyperThreading d’Intel qui ajoute à chaque core un second core virtuel. Ainsi, un Core i7 3960X à 3,3 GHz est vu par le système comme un processeur à 12 cores !

La mémoire cache
Au fil de leur évolution, les systèmes se sont dotés d’une mémoire cache de taille toujours plus importante, toujours plus rapide et toujours placée le plus proche possible des unités de traitement du processeur. Les caches se sont également multipliés et les processeurs récents comptent à présent trois niveaux de cache. Le cache L1 est petit mais exceptionnellement rapide. Il ne contient que les données et instructions absolument nécessaires aux programmes en cours d’exécution. Le L2 est plus gros et un peu moins véloce et stocke des données et/ou instructions qui ont récemment servi ou risquent de servir. Le L3 est de capacité importante mais relativement « lent ». Outre ses fonctions de cache, il assure la communication entre les différents cores. Quand un processeur graphique est intégré au sein même du processeur (ce qui est de plus en plus courant), le cache L3 lui est aussi accessible. Pour une famille de processeurs, la taille des caches L1 et L2 ne varie généralement pas. Elle est intiment liée à la conception de chaque core et non modulaire. La taille du cache L3 est souvent proportionnelle au nombre de cores. Plus ils sont nombreux, plus ce cache est gros…

La fréquence
Symbole même de la puissance des processeurs d’antan, la fréquence a perdu en partie son importance, éclipsée par le nombre de cœurs d’exécution. Un processeur Dual Core à 2 GHz offre généralement une plus grande puissance qu’un processeur à un seul core à 3 GHz… Toutefois, pour des tâches dites mono threads (qui ne peuvent être mises en parallèle), un processeur à simple core à 3 GHz pourrait se révéler plus rapide qu’un Dual Core à 2 GHz. Les constructeurs ont donc « réinventé » le Turbo même s’il n’a plus grand-chose de commun avec celui des 286, 386 et autres 486. Le Turbo des processeurs modernes leur permet de dépasser, largement dans certains cas, leur fréquence annoncée quand un seul core est utilisé. Ainsi, un Core i7 3960X annoncé à 3,3 GHz (quand tous les cœurs fonctionnent au maximum) peut grimper à 3,9 GHz si un seul core est sollicité. Afin d’économiser de l’énergie, les processeurs ont également une fréquence basse de l’ordre de 1 GHz…

Le bus système
La fréquence et le type de bus système était autrefois déterminants dans les performances d’un processeur. En effet, des composants critiques comme le contrôleur mémoire et le contrôleur du bus (PCI, APG puis PCI-Express) qui se trouvaient auparavant dans le « northbridge » (la partie qui gère les bus rapides du chipset) sont intégrés au sein même des processeurs. Les gains de performances sont appréciables avec notamment une réduction importante des différentes latences et des pistes nettement plus courtes.
Les processeurs actuels utilisent donc un bus externe « comparable » à celui qui existait entre anciennement le « northbridge » et le « southbridge ». AMD utilise un bus de type HyperTransport et Intel un bus DMI.

La puce graphique
Dans la gamme Intel, à l’exception du Core i7 « LGA 2011 » qui assure le très haut de gamme, tous les processeurs embarquent une puce HD Graphics 2000 ou 3000. Ce GPU intégré suffit à toutes les tâches bureautiques et même à des jeux à condition de limiter la résolution et les détails.
Du côté d’AMD, seuls les APU en support FM1 embarquent une Radeon plus véloce et plus polyvalente (notamment pour le décodage des flux vidéo HD et Full HD) que les HD Graphics 2000 et 3000 d’Intel.

Comment faire son choix ?



choisir processeur et carte mère Il est actuellement très difficile de comparer les processeurs tant des fonctionnalités comme le Turbo ou encore le nombre de cores rendent les comparaisons sujettes à caution.
Heureusement, il existe des logiciels tels que PassMark et GeekBench qui peuvent être téléchargés pour évaluer rapidement les performances de sa machine, et, grâce à leurs bases de données comparatives de savoir quelles seront les performances de tel ou tel autre processeur. A noter que l’usage d’un système d’exploitation en 64 bits et de logiciels également en 64 bits donnent des gains de performances intéressants par rapport à un système en 32 bits mais compliquent encore les comparaisons… Voici donc quelques pistes pour éclairer un choix en fonction de critères techniques et d’un type d’utilisation.

Intel Core i7 « LGA2011 » : Avec 4 ou 6 cores dotés de l’HyperThreading, ces processeurs sont les plus performants du marché tous domaines confondus. Ce sont les seuls à offrir le support du PCI-Express 3.0. Les prix sont cependant alignés sur leurs performances de très haut niveau.

Intel Core i7 « LGA1155 » : Grâce à 4 cores avec HyperThreading, ils offrent d’excellentes performances tout en étant beaucoup plus abordables. Ils sont parfaits dans tous les domaines.

Intel Core i5 « LGA1155 » : Les Core i5 n’ont que 4 cores sans l’HyperThreading. Les performances sont toujours très intéressantes. Un des meilleurs rapports prix/performances pour les jeux.

Intel Core i3 « LGA1155 » : Il s’agit ici de processeurs Dual Core avec HyperThreading parfaitement adaptés à la bureautique et aux tâches courantes même sans le recours d’une carte graphique externe.

Intel Pentium et Celeron Dual Core « LGA1155 » : Ces processeurs économiques à deux cœurs sont suffisants pour un usage « Internet ».

AMD FX « AM3+ » : Les « FX » exploitent la plus récente architecture AMD et sont les derniers nés de la gamme. Ils sont déclinés en version à 8, 6 et 4 cœurs afin de « rivaliser » avec respectivement les Core i7, Core i5 et Core i3. Ils n’ont cependant pas de puce graphique et son généralement moins performants que les modèles Intel ciblés surtout dans les jeux.

AMD APU « FM1 » : D’après le fondeur, ils complètent la gamme par le bas et se placent donc en dessous des « FX ». Ils existent en variantes à 2 (A4), 3 (A6) ou 4 cores (A8) en concurrence avec les Pentium Dual Core, les Core i3 et dans une certaine mesure les Core i5. Les APU sont parfaitement adaptées au machines multimédia où la Radeon seconde bien le processeur.

AMD Phenom II, Athlon II et Sempron « AM3+ » : Ces processeurs appartiennent à l’ancienne gamme d’AMD et reposent sur une architecture plus ancienne. Les Phenom II qui assuraient le haut de gamme existent en différentes variantes avec jusqu’à 6 cores. Les Athlon II (jusqu’à 4 cores) couvraient du milieu de gamme à l’entrée de gamme tandis que les Sempron assuraient le bas de gamme. Exception faite des Phenom II les plus performants qui restent dans le coup, ces processeurs ne présentent de l’intérêt que pour une mise à jour.

Le temps où chaque constructeur alignait entrée, milieu et haut de gamme est donc révolu. Différentes gammes se recouvrent même… Les différences d’architecture entre les deux marques et même au sein d’une seule marque (AMD) compliquent réellement les choix mais surtout les comparaisons. Dans certains cas, les performances sont très proches tout comme les prix. A la moindre variation de tarif, un modèle peut devenir plus intéressant qu’un autre…

>>> Voir les processeurs AMD
>>> Voir les processeurs Intel








Thèmes de la page: Choisir processeur - Choix processeur - Choisir microprocesseur - Comprendre les processerus - Guide d'achat processeur