Comment choisir son écran d'ordinateur ?

Un guide d'achat pour choisir le moniteur qu'il vous faut


Les premiers écrans plats ont repris le format « carré » des écrans cathodiques, et si à l’époque chaque technologie avait encore ses avantages et ses inconvénients, aujourd’hui, seuls les écrans TFT demeurent.
Heureusement, les évolutions technologiques ont permis de supprimer presque tous les défauts des écrans plats.
Initialement réservés à la bureautique en raison de leur petite taille et de leur « lenteur » d’affichage, au fil des années, les écrans TFT sont devenus plus grands avec des résolutions toujours plus élevées mais aussi beaucoup plus rapides.
Ils se sont donc adaptés à tous les usages : Multimédia, retouche d’images, jeux vidéo même en 3 dimensions !
Choisir le meilleur écran plat selon ses besoins demande cependant quelques connaissances afin de ne pas se retrouver le bec dans l’eau…





Evolution



A de très rares exceptions près, les écrans cathodiques n’ont existé qu’au format 4/3 comme les anciens téléviseurs.
Les premiers écrans plats de 14 et 15 pouces ont d’ailleurs repris cet aspect avec une résolution typique de 1024x768 pixels.
Leur taille a très rapidement augmenté avec l’arrivée de modèles 17 et 19 pouces encore plus carrés (5/4 avec une résolution de 1280x1024).
Le boum des DVD vidéo a cependant conduit à une évolution majeure. En effet, les films sont encodés dans un format beaucoup plus large que haut.
Les écrans TFT ont alors adopté le format « wide » ou large, c'est-à-dire le 16/10. Dans la foulée, les diagonales se sont envolées jusqu’à 24 et même 30 pouces avec des résolutions allant de 1680x1050 à 2560x1600 !
Avec la démocratisation des films et lecteurs Blu-Ray, les écrans PC ont connu une nouvelle évolution proche de celle des téléviseurs. En effet, ceux-ci utilisent principalement deux résolutions 16/9 : HD (1366x768) et Full HD (1920x1080).
De plus, la lecture de films Full HD nécessite une connexion sécurisée HDCP, ce qui a conduit à une évolution des connecteurs des écrans…




Un principe de fonctionnement…




Le principe des écrans TFT (ou Thin Film Transistor) repose sur la technologie des cristaux liquides dont l’orientation change en fonction d’un courant électrique basse tension.
Derrière le film de transistors et les cristaux, on retrouve un tube néon de puissance assez élevée devant lequel se trouvent trois filtres polarisants (un pour chacune des couleurs de base (rouge, vert et bleu).

Chaque point de l’écran qui correspond à un pixel est piloté par trois transistors qui commandent l’alignement des cristaux pour le rendu du rouge, du vert et du bleu (les « sous-pixels »).
L’ensemble définit la couleur finale… Il n’est ici pas question de rafraîchissement, les pixels conservent leur couleur tant qu’il ne leur est pas commandé de faire autre chose !
Les écrans TFT sont donc totalement exempts de scintillements.

Une dalle TFT étant composée d’un nombre défini de pixels (par exemple 1920x1080 sur un 24 pouces), chaque point correspond rigoureusement à un pixel mais il faut obligatoirement utiliser l’écran dans sa résolution dite « native ».
A titre d’exemple, afficher 1366x768 sur un 24 pouces TFT qui compte physiquement 1920x1080 pixels produira une image « floue » et baveuse.




… et trois variantes !




Même si le principe de base reste identique, il existe trois grandes familles de dalles TFT. Les dalles de type TN sont les plus utilisées surtout en raison de leur coût avantageux.


  • TN + Film (Twisted Nematic + Film) est la technologie qui a le plus progressé en terme de vitesse d’affichage. Le rendu des couleurs est à présent correct mais les angles de vision restent réduits en comparaison avec les deux autres technologies. En outre, ils présentent parfois un effet de fourmillement dans les vidéos. Ces écrans ont deux grands avantages : le prix et l’absence de rémanence. Ils sont particulièrement intéressants pour les joueurs et les petits budgets.
  • IPS (In-Plane Switching) est une technologie développée par Hitachi et Nec. Elle a comparativement moins évolué et si elle se caractérise toujours par un excellent rendu des couleurs notamment avec des noirs très profonds et de larges angles de vision, elle pèche toujours par un temps de réponse élevé. Les TFT de type IPS sont bien adaptés aux travaux graphiques ou à la vidéo étant donné qu’ils ne présentent pas de fourmillement. Leur prix reste par contre supérieur à la moyenne.
  • MVA (Multi-Domain Vertical Alignment) et PVA (Patterned Vertical Alignment) ou plus généralement les technologies reprises sous l’appellation VA ont dernièrement fait l’objet de beaucoup d’attention. En effet, elles permettent de combiner une vitesse élevée comme les « TN » tout en conservant un très bon rendu des couleurs et de larges angles de vision qui font la force des « IPS ». Les « VA » souffrent moins du fourmillement que les « TN » et se présentent donc comme les TFT les plus polyvalents. En terme de tarifs, ils se placent entre les « TN » et les « IPS ». Probablement le meilleur choix pour tous !


Diagonale et résolution




La plus petite diagonale à présent disponible est 19 pouces. Elle va de paire avec la résolution HD, c'est-à-dire 1366x768.
Ce type d’écran, peu coûteux, est adapté essentiellement à la bureautique de base.
Un cran au-dessus, les TFT de 20 pouces offrent une meilleure résolution : 1600x900.
Ils présentent un bien meilleur espace de travail et un plus grand confort d’utilisation mais sont incapables d’afficher sans dégradation les vidéos Full HD (qui nécessitent 1080 pixels de haut).

A partir de 22 pouces, il existe plusieurs résolutions car les formats 16/10 et 16/9 cohabitent encore.
Ainsi, on trouve un grand nombre de modèles en 1680x1050 ainsi que certains en 1920x1080 voire 1920x1200.
Ces deux dernières résolutions conduisent cependant à un affichage des caractères assez petit qui ne conviendra pas à tout le monde…

A 23 pouces, les écrans présentent un très bon rapport prix/prestation et un bel espace de travail qui leur confère une grande polyvalence.

A partir de 24 pouces, le « Full HD » s’exprime pleinement avec les résolutions 1920x1080 et 1920x1200 parfaitement exploitables.
Ces écrans sont ouverts à tous les usages même au « mini home cinéma ». Ils garantissent une immersion totale dans les jeux et un généreux espace de travail sans forcément exploser le budget.

Quitte à parler d’argent, les écrans de très grande taille (28 pouces et plus) en 2560x1600 ne connaissent pas réellement de baisse de prix et dépassent largement les 1500 € !



Temps de réponse, contraste, angles de vision et luminosité




N’y allons pas par quatre chemins, ces spécifications ne veulent plus dire grand-chose de nos jours. En effet, les constructeurs fournissent des données qui les arrangent !
Si les temps de réponse ont, au fil des générations, parfois été divisés par deux, c’est simplement parce que les constructeurs donnent le temps d’un cycle noir-blanc et plus noir-blanc-noir…

Il en va de même pour les angles de vision jugés comme acceptables par les constructeurs alors que les couleurs sont considérablement dégradées…
Quoi qu’il en soit, excepté le rendu des couleurs pour un graphiste, tous les écrans actuels sont, au niveau des « performances », adaptés à tous les usages.

Depuis un an, on note l’apparition d’écrans avec une fréquence de rafraîchissement de 120 Hz. Le but est ici d’afficher 2x plus d’images essentiellement pour un rendu en 3D stéréoscopique avec des lunettes adaptées (comme 3D Vision™ Surround de NVIDIA).









Connectique




Le signal vidéo peut transiter via de nombreux formats et il existe donc un grand nombre de connecteurs analogiques et numériques.
Le plus courant est le connecteur analogique « VGA ». Il offre une qualité d’image correcte…
Pour les écrans de grande taille (23 pouces et plus), l’interface numérique DVI est la plus courante. Elle supporte la protection HDCP nécessaire à la restitution des vidéos Full HD issue des Blu-Ray.
L’interface DVI est aujourd’hui concurrencée par les nouvelles interfaces HDMI et DisplayPort qui véhiculent également le son.
Une interface numérique est vivement conseillée pour les grands écrans et incontournable pour visionner des films Full HD ainsi que pour la 3D stéréoscopique.

Analogique :
  • Composite : faible qualité adaptée au mieux à la SD, en fin de vie
  • S-Video : qualité correcte pour la SD, prise peu courante
  • VGA : bonne qualité de signal, prise très courante
  • Composante : très bonne qualité de signal, prise très rare sur les écrans PC


Numérique :
  • DVI : excellent signal, support HDCP, prise courante
  • HDMI : excellent signal, support HDCP, encore peu répandue
  • DisplayPort : excellent signal, support HDCP, encore peu répandue



Autre fonctionnalités…




Certains écrans intègrent des enceintes mais leur qualité est tout juste bonne à « sonoriser » le système d’exploitation en raison d’un piètre rendu !
Parmi les fonctionnalités utiles disponibles sur des moniteurs TFT, on peut épingler un lecteur de cartes mémoire, un hub USB 2.0, une webcam et parfois un tuner TV.
Enfin, il faut souligner que certains écrans disposent d’un réglage en hauteur et du mode portrait…













>>>> Voir tous les écrans LCD

>>> les Moniteurs 22"
>>> les Moniteurs 23"
>>> les Moniteurs 24"
>>> les Moniteurs 27" et plus









Thèmes de la page: Choisir moniteur - Choix moniteur - Choisir écran PC - Choix écran LCD - guide moniteur LCD - guide écran ordinateur