Comment choisir son ordinateur portable ?

Un guide ordinateur portable pour faire le bon choix en toute sérénité




Au fil des années, les prix des portables ne cessent de plonger mais les tarifs des modèles haut de gamme restent inchangés. De 299 € à plus de 2 000 € avec des diagonales allant de 11,6 pouces à plus de 17 pouces, l’éventail de choix est pour ainsi dire sans précédent. La multiplication de l’offre a cependant quelques revers. Ainsi, à moins d’être féru dans le domaine, il est difficile de s’y retrouver dans les multiples déclinaisons des processeurs Intel et AMD. Il en va de même pour les processeurs graphiques d’AMD et NVIDIA indispensables pour les joueurs… En marge de ces interrogations liées aux performances, d’autres questions se posent : quid de l’autonomie, de la connectique, du poids, etc.


Suivez le guide PC portable !


Chacun son usage…



Tout le monde n’a pas les mêmes attentes d’un ordinateur portable. Si le format « 15,6 pouces » est devenu le grand classique, c’est qu’il peut convenir à de très nombreux usages. Cette diagonale présente le meilleur compromis entre taille, poids, ergonomie (pavé numérique) et mobilité. En outre, dans un portable de ce gabarit, il est possible d’installer un processeur puissant ainsi qu’une puce graphique performante et ainsi proposer un portable très polyvalent.

Toutefois, d’aucuns préfèrent un écran de grande taille notamment pour regarder des films Blu-Ray en « Full HD ». Pour tirer pleinement parti d’une vidéo Full HD, c'est-à-dire en 1080p, il faut un écran à cette norme. Généralement, seuls les portables de 16,4 et 17,3 pouces sont équipés d’un écran en 1920x1080 parfaitement adapté à cet usage. De plus, un portable de 17 pouces peut recevoir, en complément des processeurs les plus rapides, les GPU les plus véloces du marché…

Ceux qui passent l’essentiel de leur temps en déplacements savent que chaque kilo finit par se faire sentir en fin de journée. Dans ces conditions, nombreux sont ceux qui préfèrent sacrifier la puissance à la légèreté. Les portables de 13,3 pouces et 14,1 pouces ont pour principal avantage un poids réduit compris entre 1,5 Kg (sans unité optique) et 2 Kg (avec graveur intégré). La puissance de calcul reste largement suffisante pour tous les usages. Il existe même des modèles dans cette catégorie munis d’une carte graphique aussi puissante que celle d’un « 15,6 pouces » milieu de gamme...

Taillés pour la mobilité, les ultra portables se limitent à une diagonale de 11,6 pouces. Compacts et très légers, ils sont moins puissants que leurs grands frères mais leur poids dépasse à peine le Kg. Il ne faut toutefois pas confondre des ultra portables de 11,6 pouces comme les MacBook Air, Samsung 900X1 et autres Asus UX21 avec des netbooks. Ce ne sont nullement des « netbooks » (entendez par là des machines d’une puissance très voire trop limitée) de luxe, mais bien de véritables portables hyper légers capables de s’acquitter de toutes les tâches courantes dans de très bonnes conditions.


Le trio : poids, taille et résolution




Comme vous l’avez remarqué, les portables se différencient en grande partie par la diagonale de leur écran. Plus cette diagonale est importante, plus l’écran est grand et plus il peut accueillir de pixels tout en restant lisible. Avec la généralisation du format 16/9, jusqu’il y a peu, les portables étaient en 16/10 (NDLR : et même en 4/3 au début du siècle), trois résolutions ont cours :
  • HD : 1366x768. Cette résolution se retrouve sur les ordinateurs de 11,6 à 15,6 pouces. Il s’agit ni plus ni moins d’un format hérité des téléviseurs HD. Elle est aujourd’hui la résolution la plus courante mais il s’agit aussi de la résolution la plus « basique », le minimum syndical…
  • HD+ : 1600x900. On la retrouve généralement sur les portable de 16,4 pouces et plus, ainsi que sur des 15,6 pouces haut de gamme voire même sur des 14,1 pouces. Le HD+ est un excellent compromis entre lisibilité et espace de travail.
  • Full HD : 1920x1080. Il s’agit de la plus haute résolution existante pour les ordinateurs portables. Elle est parfois disponible sur des modèles haut de gamme de 15,6 pouces et tend à être un standard sur les machines de 17,3 pouces. Le « 1920x1080 » permet de profiter de la qualité intégrale des vidéos en 1080p issues de Youtube, des films Blu-Ray et autres.

Si vous êtes observateurs, vous aurez certainement remarqué qu’il ne reste plus que 3 résolutions en 16/9 contre quatre en 16/10 (1280x800, 1440x900, 1680x1050 et 1920x1200)… Epinglons au passage les netbooks (10 pouces) qui se « démarquent » des portables avec une résolution courante de 1024x600 qui cède heureusement sa place sur certains modèles à du 1280x720. A noter que 1280x720 est déjà une résolution « HD », la norme HD exigeant 720 pixels de hauteur.

Le poids va généralement de paire avec la diagonale. En effet, plus le portable est grand, plus il peut recevoir de composants (par exemple plusieurs disques durs, deux cartes graphiques en SLI ou CrossFire X, etc) et plus il peut devenir lourd. Typiquement, les « 15,6 pouces » pèsent 2,5 Kg, les « 16,4 pouces » 3 Kg et les 17,3 pouces 3,3 Kg. Ils sont donc moins pratiques à transporter que les 11 pouces (1 Kg) ainsi que les 13,3 et 14 pouces (1,5 à 2 Kg). Pour vous faire une idée du poids, rien de tel que des bouteilles d’eau de 1 et 1,5 litres (respectivement 1 et 1,5 Kg)…


Le mystère de l’autonomie !



La clé d’une autonomie importante est une batterie puissante. Mais plus cette dernière est puissante, plus elle est lourde et volumineuse. Pour concilier autonomie, poids et performances, les constructeurs ont développé des solutions adaptées à différents usages.
  • Les batteries fixes : Sur de plus en plus de portables, la batterie n’est plus amovible. Au lieu d’utiliser des batteries cylindriques placées dans un carter en plastique, les constructeurs utilisent des batteries « carrées » montées directement dans le portable. Sans carter de protection, la totalité du volume dédié à la batterie est utilisée au stockage de l’énergie. Plus de puissance dans moins de place…
  • Carte 3D débrayable : Depuis que tous les processeurs intègrent une puce graphique, AMD et NVIDIA ont conçu des technologies pour désactiver leur puce graphique si besoin. Ainsi, c’est le circuit graphique du processeur qui est utilisé sur batterie pour augmenter l’autonomie tandis que la puce 3D dédiée ne s’active qu’à la demande (et/ou sur secteur). Plus de souplesse, moins de puissance gaspillée !
  • Fréquences modulables : Cette technologie est la plus ancienne, elle permet au processeur de réduire sa fréquence quand il n’est pas utilisé au maximum de ses capacités. Mais les processeurs multi-cores récents ont également la possibilité d’aller au-delà de leur fréquence. Si une tâche ne demande l’activité que d’un seul core, celui-ci peut opérer à une fréquence Turbo nettement plus élevée (jusqu’à 1 GHz de plus). Réaliser très vite une tâche simple limiterait ainsi la consommation d’après les études d’Intel.
  • Combinaison de GPU : Les nouveaux processeurs AMD Llano sont des « APU », c'est-à-dire la combinaison d’un processeur et d’une carte graphique puissante dans une seule puce. Ce n’est pas une réelle nouveauté, Intel proposant déjà cette combinaison avec tous ses Core i3, i5 et i7, mais AMD va plus loin. La partie graphique d’un APU A6 ou A8 peut opérer en Crossfire X avec la puce graphique Radeon dédiée offrant ainsi d’excellentes performances 3D.

Ces nombreuses solutions ont toutes pour objectif de moduler au mieux la puissance afin d’augmenter autant que possible l’autonomie sur batterie sans sacrifier la puissance sur secteur. En contrepartie, il devient très difficile d’estimer l’autonomie des portables tant elle dépend de l’usage. Ainsi, un portable consomme entre 7 et 10 watts au repos ou en faible usage mais cette consommation grimpe jusqu’à 12 voire 15 watts pour lire une vidéo en Flash. Quand un processeur Core i3 ou i5 est sollicité au maximum, la consommation du portable approche 50 watts. Un portable avec un Core i7 « Quad Core » en usage soutenu consomme jusqu’à 60 watts. Enfin, en utilisant conjointement le processeur et la carte graphique, la consommation peut atteindre 100 watts ! Sachant que les capacités typiques des batteries sont de 48, 64 voire 84 Wh, l’autonomie peut varier entre moins d’une heure et plus de 10 heures. Enfin, on peut tabler sur une consommation moyenne de 15 watts en bureautique soit aux alentours de 4 heures d’autonomie avec une batterie de 64 Wh.


Equipement et connectique



La majorité des portables sont équipés en standard des fonctionnalités suivantes : Wifi, USB 2.0, webcam, entrée et sortie audio, Ethernet, micro, graveur DVD, sortie écran VGA et lecteur de cartes. Particulièrement utiles pour brancher un écran ou un téléviseur, le connecteur HDMI tend à se généraliser. Il est cependant concurrencé par le DisplayPort dans sa version « mini ». Les ports USB 3.0 restent malheureusement trop rares alors qu’ils n’offrent que des avantages : performances très élevées et compatibilité conservée avec l’USB 2.0. Les connecteurs eSATA restent très rares et devraient disparaitre au profit de l’USB 3.0. Quoi qu’il en soit, un port USB 3.0 ou eSATA est un réel avantage pour ceux qui se servent souvent d’un disque dur externe pour de gros transferts.

Parmi les nouveautés de 2011, on peut épingler le WiDi et Thunderbolt. Le WiDi pour Wireless Display est une fonctionnalité offerte par certaines cartes Wifi Intel Centrino. Le signal « HDMI » est transmis via le WiFi. Grâce à un récepteur Wifi connecté à un téléviseur ou un écran, il est possible d’envoyer son et image sans aucun fil grâce au WiDi… Thunderbolt est une également technologie Intel. Elle est utilisée dans les MacBook Pro 2011 et permet de connecter des périphériques variés à haut débit : disque dur, écran, etc. Malheureusement, trois mois après la sortie des MacBook Pro, il n’existe toujours aucun périphérique Thunderbolt (abordable).

Certaines technologies sont en voie de disparition. C’est le cas du Firewire (concurrencé par l’USB et l’eSATA) ainsi que des ports spécifiques destinés à connecter les portables à une docking station. L’USB 3.0 et surtout Thunderbolt sont parfaitement capables de remplir ce rôle tout en étant universels.


Technologies : Quelles performances attendre ?



Compte tenu de la montée en puissance phénoménale réalisée par les Core i3, i5 et surtout i7 par rapport aux Core 2 Duo qui étaient déjà véloces, les portables actuels n’ont guère de limites. Plus exactement, la limite n’est pas à chercher du côté du processeur. Le parent pauvre des portables reste la carte graphique dont les performances sont toujours largement en retrait par rapport aux modèles qui équipent les ordinateurs de bureau. Un Core i7 720QM (Quad Core avec Hyper Threading) comme celui qui équipe le MacBook Pro 2011 haut de gamme est aussi performant qu’un Core i7 870, le plus puissant des processeurs LGA1156 pour ordinateurs de bureau lancé en septembre 2009… Sa fréquence nominale de 2,2 GHz varie de 800 MHz au repos à 3,3 GHz en mode Turbo ! Même un modeste Core i3 2310 à 2,1 GHz mais dépourvu de Turbo suffit largement à de nombreux usages et à fortiori à une utilisation basique : internet, mail, chat, réseaux sociaux, etc. Pour simplifier la gamme Intel au maximum : le Core i3 est suffisant, le Core i5 est « confortable » et le Core i7 presque trop puissant.

Quand il s’agit de jouer, rien ne remplace une vraie carte graphique. Aujourd’hui, les GeForce GT 520m et Radeon HD 6650 suffisent aux joueurs occasionnels mais les GeForce GT 540m et Radeon HD 6750, bien plus puissantes, constituent un meilleur choix. Toutefois, attention aux appellations trompeuses utilisées par AMD et NVIDIA. Ils utilisent la même nomenclature que pour leurs cartes graphiques de bureau en ajoutant un petit « m » pour Mobile. Exception faite des portables « gamers » équipés des cartes 3D les plus véloces, les meilleurs GPU mobiles courants sont au niveau des cartes graphiques d’entrée voire de milieu de gamme pour ordinateur de bureau. Une GeForce GT 540m est ainsi bien moins performante qu’une GeForce GT 540…

Les processeurs AMD Athlon et Phenom sont à oublier. Mieux vaut opter pour les nouveaux APU « Llano », c'est-à-dire les A series (A6 et A8) qui combinent CPU et GPU sur une seule puce. Par rapport aux Core i3 et i5, les A6 et A8 ont une puissance de calcul moindre mais des capacités 3D bien supérieures à celles de leurs concurrents. En effet, les AMD Radeon intégrées se montrent nettement plus véloces que les Intel HD Graphics 3000. En résumé, sans puce graphique externe pour changer la donne, les processeurs AMD des séries A6 et A8 bénéficient d’un meilleur équilibre entre puissance CPU et puissance GPU que les Core i3 et i5. Ils sont donc plus polyvalents s’ouvrant ainsi à plus de possibilités 3D (jeux).

Il reste un point à évoquer au chapitre des performances : les SSD. Par rapport aux ordinateurs de bureau, les disques durs des portables sont bien moins performants. C’est souvent leur lenteur qui conduit à juger injustement les portables comme étant lents. Avec un SSD, un portable devient aussi performant qu’un ordinateur de bureau. Windows 7 démarre en moins de 30 secondes et OS X en moins de 20 secondes… Malheureusement, le coût d’un SSD reste très élevé. Avec 400 € pour 256 Go, un SSD de « bonne capacité » est plus onéreux qu’un portable premier prix !

Le dernier détail concerne la mémoire. Avec 4 Go et Windows 7 64 bits livrés en standard sur presque tout les portables, il n’y a guère de soucis à se faire. La quantité de mémoire est suffisante à de nombreux usages et les OS 64 bits gèrent sans problème les 4 Go (contre ~3,2 Go supportés par les OS 32 bits).


>>>>> Voir tous les ordinateurs portables







Thèmes de la page: Choisir portable - Choix portable - Choisir ordinateur portable - Choix ordinateur portable - Choisir un portable - Choisir son portable - Choisir son ordinateur portable