Comment choisir son alimentation PC ?

Un guide d'achat alimentation pour bien comprendre et faire le meilleur choix

image alimentation

Dans bien des cas, lors de l’élaboration d’une configuration, l’alimentation fait figure de parent pauvre.
Pourtant, les processeurs font intervenir des ampérages très élevés, certes en basse tension, mais avec des variations brusques.
Au fil de leur montée en puissance, les cartes graphiques sont également devenues de très gros consommateurs qui nécessitent beaucoup de puissance.
Les alimentations évoluent donc régulièrement afin de proposer des puissances et une connectique adaptée.

Le rendement

Le courant de distribution est en 220 volts 50 Hz et nos chers composants utilisent principalement une tension de 12 volts en continu.
Il faut donc réaliser deux opérations : redresser le courant, c’est-à-dire en faire du courant continu, et baisser la tension.
Voilà donc le rôle basique de l’alimentation des ordinateurs de bureau !
Comme dans toute transformation, le passage de 220 volts 50 Hz en 12 volts continu engendre des pertes, notamment en chaleur.
Des composants de qualité permettent d’atteindre un rendement d’au moins 80%.
En d’autres mots, si les composants du système ont besoin de 100 watts, elle consommera 125 watts.
Ces pertes dégagent de la chaleur, le bloc devient plus chaud et comme le rendement baisse avec la température, les performances ne font que se dégrader !
Il faut également savoir que le rendement n’est pas constant. En général, il est très élevé jusqu’à un peu plus de 75% de la puissance maximale de l’alimentation avec une zone optimale aux alentours de 50%.

illustration rendement

Il existe 6 niveaux de certification 80 PLUS : “White”, Bronze, Silver, Gold, Platinum et Titanium qui correspondent respectivement (et de manière simplifiée) à un rendement de 80, 81, 85, 88, 91, 91% à 100% de charge.
La certification 80 PLUS Titanium est la seule à imposer un rendement minimum à 10% de charge, fixé à 90%.
Toutes les informations détaillées sur les normes 80 PLUS sont disponibles sur ce site.

En résumé, un rendement élevé conduit à une consommation à la prise plus faible, à une chauffe moindre du bloc et donc à un fonctionnement plus silencieux.

Les rails d’alimentation

illustration alimentations

Dans un bloc, on parle souvent de rails ou de lignes pour chaque tension : 12 volts, 5 volts et 3,3 volts.

Pour des raisons de sécurité, il est légalement interdit de dépasser certains ampérages. Ainsi, certaines alimentations ont plusieurs rails 12 volts. Cet argument a souvent été mis en avant alors qu’il n’en est pas réellement un. De plus, la production de la puissance en 12 volts ne provient généralement que d’un seul étage de l’alimentation !

Bref, il est plus important de vérifier que le bloc dispose de protections contre les courts-circuits, surtensions, surintensités, sous-tensions, etc.

Puissance réelle VS puissance annoncée

La certification ne fait pas tout : bien que porteuses d’une certification 80 PLUS, certaines alimentations présentent d’importantes différences entre la puissance annoncée et celle qui est réellement utile (appelée “puissance réelle” ou “charge maximale”).

Ces modèles jouent sur la puissance délivrée par les différents rails, en concentrant une part conséquente de leur puissance sur les rails 3,3 volts et 5 volts alors que l’essentiel de la puissance absorbée par les composants se fait via le rail 12 volts !

La puissance mentionnée correspondant au total de l’ensemble des rails, il arrive ainsi de trouver des alimentations avec des écarts de 50 voire 100 W par rapport à la puissance annoncée ! Sollicités au-delà de leur puissance réelle, ces modèles présenteront des risques de surchauffe et de baisse de rendement, tout en diminuant leur durée de vie.

Cela s’applique particulièrement aux modèles d’entrée de gamme ou de constructeurs peu connus ou non spécialistes des alimentations.

Afin de t’aider à faire le bon choix, ces informations sont systématiquement mentionnées dans les fiches techniques de nos produits.

Caractéristiques additionnelles

Au-delà des principales spécifications évoquées précédemment, d’autres critères peuvent entrer dans le choix d’une alimentation.

La ventilation

Une bonne alimentation se remarque ou plus exactement ne se remarque pas en charge car elle reste silencieuse. Un ventilateur de 120 ou 140 mm est un réel avantage pour un flux d’air optimal et une grande discrétion.

illustration ventilation

Il existe aussi des alimentations semi-passifs, dont le ventilateur ne se déclenche qu’à partir d’un certain niveau de charge, ainsi que des blocs passifs totalement dépourvus de ventilateur pour un silence de fonctionnement absolu. 

Ces derniers nécessitent cependant une bonne ventilation à l’intérieur du boîtier afin d’éviter tout risque de surchauffe.

Le monitoring

Certaines alimentations disposent d’un utilitaire associé (ex : Corsair Link, NZXT CAM,...) permettant de gérer la ventilation, les tensions ou encore de surveiller la consommation électrique.

Ces fonctionnalités sont réservées aux utilisateurs avancés et peuvent aussi s’avérer utiles pour les overclockeurs expérimentés.

Le format

Les alimentations à la norme ATX sont de loin le plus utilisées. 

Cependant certains boîtiers très compacts ne peuvent accueillir que les alimentations à la norme SFX, aux dimensions plus réduites que les modèles ATX. 

Plus coûteuses, elles n’ont d’intérêt que si ton boîtier ne peut accueillir un modèle ATX.

Les câbles

Dans un souci d’esthétique, certaines alimentations se distinguent par leurs câbles noirs gainés. Des câbles plats auront également la préférence des utilisateurs souhaitant soigner leur cable management.

Et pour aller plus loin, il existe aussi des kits de câbles ou des rallonges de couleur qui permettront d’assortir le rendu avec le reste de ta configuration !

illustration cable alimentation

Quelle puissance pour ta configuration ?

illustration d'une alimentation

Il existe certaines légendes urbaines sur les alimentations notamment sur les modèles de forte puissance. Mais soyons clairs : une alimentation de 1000 watts ne consommera 1000 watts que si ton PC en nécessite plus de 900 !

Pour en revenir à notre exemple, si les composants internes demandent 100 watts, elle consommera 110 watts

Bien entendu, très peu de configurations consomment autant mais il est possible d’atteindre de telles valeurs.

Pour bien choisir la puissance de son alimentation, il faut d’abord dresser le bilan des consommateurs importants :

Le Processeur

Un processeur sollicité au maximum consomme généralement moins d’une centaine de watts pour les modèles haut de gamme, même s’il peut frôler les 300W sur quelques modèles d’exception comme le Threadripper 2990X. Cette valeur maximale, appelée un peu abusivement TDP se trouve assez facilement sur le net : Intel / AMD.

D’autre part, l’overclocking pèse lourd au niveau de la consommation, qui peut augmenter considérablement, surtout en modifiant la tension d’alimentation.

La ou les cartes graphiques

alimentation d'une carte graphique

Un port PCI-Express peut délivrer 75W via son connecteur, les connecteurs additionnels peuvent fournir respectivement 75W et 150W supplémentaires lorsqu’ils possèdent 6 ou 8 broches.

Les cartes graphiques avec 2 connecteurs PCI-Express 6 broches consomment donc au maximum 225 watts (souvent un peu moins). Les cartes avec deux connecteurs PCI-Express à 8 broches consomment jusqu’à 375 watts !

En cas de SLI ou de CrossFire (association de deux cartes graphiques), il faut multiplier la consommation par 1,3 pour estimer la puissance nécessaire. Le compteur monte ainsi très vite ! Heureusement, les solutions multi-GPU sont de moins en moins répandues dans les configurations grand public.

Le reste ne pèse pas bien lourd : en excluant l’alimentation du processeur et de la carte graphique par le port PCI-Express, la carte mère consomme peu, tout au plus une trentaine de watts avec deux barrettes de mémoire et quelques accessoires.

Aujourd’hui, le choix de la puissance d’alimentation est donc essentiellement guidé par la consommation de la carte graphique, en gardant une marge de manoeuvre pour son éventuel upgrade.

La puissance recommandée par les constructeurs de carte graphiques constitue un bon indicateur afin de choisir son alimentation pour l’ensemble de sa configuration, puisqu’elle tient compte de la consommation de l’ensemble de la machine, tout en incluant une marge de manoeuvre pour l’overclocking.

Il faudra aussi veiller à ce que l’alimentation choisie dispose de suffisamment de connecteurs d’alimentation PCI-Express pour alimenter ta carte graphique (RTX 3090, RTX 3080 Ti, RTX 3070 Ti), bien que la plupart des alimentations en disposent aujourd’hui de deux au minimum.

Pour les plus gros processeurs, il est également recommandé de choisir une alimentation disposant d’un double connecteur CPU 12V (et d’une carte mère adaptée), afin de garantir une alimentation stable et continue, en particulier en cas d’overclocking.

Les connecteurs

connecteur d'une alimentation

Toutes les alimentations sont équipées d‘un connecteur ATX principal 24 broches souvent détachable en 20+4 broches afin de conserver une rétro compatibilité avec les anciennes cartes mères.

Elles disposent également d’un ou deux connecteurs auxiliaires CPU 12 volts à 4 ou à 8 broches (démontable en 4+4 broches) destinés à l’alimentation du processeur.   

connecteur PCI-Express 6+2 broches

Pour la carte graphique, on trouve généralement au moins un connecteur PCI-Express 6+2 broches.

connecteur PCI-Express

En montant en puissance, les blocs sont équipés de plusieurs connecteurs PCI-Express 6+2 broches afin d’alimenter les cartes graphiques les plus puissantes.

Comme pour la carte mère, l’alimentation se fait en 12 volts.

Les autres prises sont destinées aux disques durs, SSD et accessoires.

Certains accessoires tels que rhéobus, lecteurs de cartes ou anciens ventilateurs utilisent des prises "molex" qui véhiculent des tensions de 5 et 12 volts.

connecteur Molex

Les unités SATA (SSD 2.5 pouces, disques durs, graveurs...) utilisent des connecteurs SATA. Ces derniers intègrent en plus le 3,3 volts mais les périphériques SATA utilisent principalement le 5 volts.

connecteur SATA

Au final, sur un bloc de grosse puissance, on peut se retrouver avec un très grand nombre de connecteurs pas toujours utilisés et des câbles inutiles à ranger dans le boîtier.

Les alimentations modulaires sont alors dun grand secours étant donné qu’elles permettent d’utiliser seulement les câbles nécessaires ! 

Info : sur les alimentations dites semi-modulaires, seul un nombre limité de câbles (dont au moins câble ATX 24 broches) n’est pas détachable.

Le montage est plus plus propre et la circulation de l’air n’en est que meilleure.

Garantie et bundle

Les garanties sur les blocs d’alimentation courants vont jusqu’à 12 ans ! De quoi trancher entre deux modèles au coude à coude surtout lorsque l’écart de prix est faible.

En outre, plus la garantie est longue, plus le constructeur est sûr de son produit et, généralement, la fiabilité est au rendez-vous

Les alimentations avec les meilleures garanties sont souvent dotées de condensateurs japonais plus performants et résistants que les modèles d’entrée de gamme.

Ils peuvent opérer à des températures plus importantes, plus longtemps et avec moins de pertes de performances.       

Enfin, certains blocs sont livrés avec des accessoires tels que vis, serre-flex, autocollants, etc.

On trouve parfois même une housse de qualité autour du bloc et une pochette en nylon, pratique pour ranger les câbles inutilisés (blocs modulaires).

Une bonne alimentation pour garder la ligne

Une alimentation certifiée 80 PLUS de puissance adaptée, construite avec des composants de qualité garantit un haut rendement, une consommation contenue, une dissipation thermique réduite, un fonctionnement silencieux et des tensions stables, même en charge.

En outre, ce genre d’alimentation bénéficie de tous les circuits de protection nécessaires.

A noter, les produits de qualité jouissent souvent d’une garantie de 5 ans ou plus.   

Inversement, un bloc bas de gamme (affichant souvent un prix par watt ridiculement bas) aura du mal à donner de la puissance avec un bon rendement car il risque de chauffer de plus en plus avec la montée en charge.

L’élévation de la température, compensée en partie par une accélération du ventilateur, peinera à conserver des performances déjà médiocres de base et pourrait entraîner des variations de tension, sources d’instabilité.

A prix comparables, mieux vaut s’orienter vers une alimentation certifiée porteuse de la norme 80 PLUS de grande marque de "seulement" 500 watts garantie plusieurs années à un bloc de 700 watts voire plus sans certification ou de marque peu connue….

>>>>> Voir les Alimentations PC